Carmilla

Londres 1845 : Là où Stoker a délaissé son monstre et Verne marqué sa puissance
Bienvenue sur Carmilla ! Vous êtes un invité ? Vous voulez tâter le terrain du forum ? N'hésitez pas à utiliser le flood des invités ! Wink
Nous avons 19 humains, 6 vampires, 11 sorciers, 10 loups, 18 créatures, 9 traqueurs
Nous sommes en hiver 1845, le jeu se déroule de janvier à Mars.

Partagez | .
 

 Faolan Ò Morrigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MessageSujet: Faolan Ò Morrigan Jeu 3 Avr - 20:43





Ò Morrigan Faolan


Homme, n'as-tu jamais goûté de ton sang, quand par hasard tu t'es coupé le doigt ?
Comme il est bon, n'est-ce pas.

Lauréatmont






Qui es-tu?

Nom: Ò Morrigan
Prénoms: Faolan (Ruadh). Mais à Londres il n'a que des pseudonymes.
Surnoms: Bad-B (non-officiel)
Âge: 20 ans
Avatar: Ian Somerhalder
Métier: Escroc Professionnel
Statut: Célibataire
Orientation sexuelle: Hétérosexuel
Domaine magique: Nature

    Le personnage peut faire partie d'une famille existante ou faire partie d'une nouvelle, n'hésitez pas à voir avec les autres joueurs.
Dis-nous tout...


Faolan est d’origine Irlandaise, et bien qu’on imagine souvent un irlandais roux, ce n’est pas son cas. Il a les cheveux brun foncé et les gardent plutôt courts. Ses yeux d’un bleu de glace semble pouvoir percer l’âme de quiconque croise son regard. Parlons-en de son regard. Lorsqu’il utilise ses pouvoirs, l’une de ses pupilles a tendance à se teinter de rouge sang.
Bien que ça ne soit pas tellement dans son caractère à l’origine, Faolan a appris à prendre soin de son apparence, pour sa survie. Les gens ont tendance à beaucoup moins se méfier de quelqu’un qui est propre sur lui, et c’est fort utile pour arnaquer. Il use d’ailleurs de tous ses charmes pour parvenir à ses fins. L’expérience lui a démontré à maintes reprises que jouer de son physique et de la naïveté des honnêtes gens pouvaient lui apporter bien plus qu’un travail « ordinaire ». D’autant plus qu’il n’est bon qu’en tant qu’escroc.
C’est un très bon acteur, il peut changer de personnalité à volonté pour plaire au mieux à la personne qui vient le voir. Les femmes sont ses principales victimes et cibles. Plus simple à séduire, plus à son goût aussi, elles ont tendance à beaucoup se préoccuper de leurs relations sociales et à être moins pragmatiques que leurs maris. C’est d’ailleurs de la garde de robe de ces derniers que lui vient ces beaux habits qui font tant d’effets. Pas courageux pour un sou, il a la fâcheuse tendance à fuir dès que ça commence à sentir le roussi, et c’est souvent. De toute façon il a le caractère plutôt solitaire, donc après tout, ce n’est pas comme-ci il avait une famille à faire déménager. Et niveau affaire ? Ses biens rentre dans une simple valise, il ne possède pas grand-chose.
Vous l’aurez compris, Faolan est bel bien un escroc de la pire espèce ; prêt à tout pour sa survie et son bien-être, il n’éprouve la plupart du temps aucun remords à s’enfuir en laissant un champ de ruine derrière lui. Évidemment il reste humain, et il faut bien avouer que certaines affaires lui restent sur la conscience.

Racontes-nous...

Faolan est né un pluvieux jour du mois de janvier. Le 17, en fait. Comme beaucoup d’autres finalement… Oui mais lui il n’est pas né dans n’importe quelle famille, non. Il est né chez les Ò Morrigan, une famille dont la simple évocation provoque la méfiance parmi les habitants locaux. Certes, mais il n’est pas n’importe qui au sein de cette famille. Il est même à son échelle de bébé, déjà extraordinaire. En effet, à sa naissance, dès la première seconde où il ouvrit les yeux, ses parents virent en lui l’espoir d’une lignée. Il avait un iris teinté de rouge, et l’autre de bleu. Mais qu’importe la dernière, la famille autour ne vit que l’écarlate. Pourquoi ? Chez les Ò Morrigan, lorsqu’un bébé nait avec un œil rouge, c’est signe qu’il possède ce qu’ils appellent communément le Don, le don de magie. Ce n’est pas si banal dans cette famille maudite, et après la naissance de la cousine un an plus tôt, on n’attendait pas un deuxième jeune sorcier avant deux ou trois générations.

Le nouveau-né n’aura pas de prénom avant ces trois ou quatre ans selon sa maturité, il en va ainsi dans cette famille. Chaque membre possède un nom qui lui colle à la peau, un nom qui incarne son caractère. En attendant "baby", "boy" ou bien "son" seraient suffisant. Cela peut sembler barbare mais au final, cette règle fait presque autant de bien que de mal. Oui, car maman dès lors que bébé aura un prénom ne verra plus la couleur de ses doux yeux, redevenus après quelques semaines bleus tous les deux. Selon la tradition la sorcière matriarche de la famille (à savoir mamie Carman), viendrait chercher l’enfant et l’emmènerait avec elle pour commencer son enseignement magique. C’est sans doute en sachant cela que maman commença à boire avant le premier anniversaire de bébé. Papa aussi buvait, et parfois ils criaient tous les deux et cela réveillait "baby boy" qui se mettait à crier. Au final quelques mois plus tard maman appela mamie pour chasser papa du foyer. Oh, il ne se fit pas prier, personne ne se dispute avec mamie Carman.

A partir de ce jour, on parti vivre dans une nouvelle maison, avec le reste de la famille, avec la cousine. Bébé aimait bien cousine. Quelques temps plus tard, soudainement, mamie revint, maman et tante pleurèrent, et bébé laissa place à Faolan, le loup. Quant à cousine, elle serait maintenant Brona, ce qui signifie douleur. C’était mamie qui avait choisi, et personne ne discuta. Mamie elle est assez mystérieuse mais tout le monde dit que c’est la meilleure pour décider des prénoms. Malgré l’addiction de maman, Faolan l’aimait bien et, bien qu’il ne comprit pas tout de suite pourquoi, il sentit son cœur se pincer quand il dut repartir avec Carman et Brona. Il ne pouvait alors pas deviner qu’il ne la reverrait pas avant bien longtemps. Les deux enfants partirent avec leur grand-mère qui les emmena dans un coin reculé, secret, dans la forêt, là où personne ne pourrait ni les trouver, ni les déranger.

Dans un premier temps, la vie à Baile, la maison secrète de Carman, ne fut pas très différente de celle d’avant. Baile n’était pas très grande, mais confortable. Ici on pouvait faire ce qu’on voulait, on était libre. Il y avait juste une pièce qui était strictement interdite aux enfants, la pièce secrète de la maison secrète de mamie Carman. Après quelques jours, la grand-mère partit, laissant les deux enfants seuls et revint quelques heures plus tard, mais pas seule. Dans le panier qu’elle avait emporté deux jeunes chiots étaient endormis. L’un avait le poil aussi roux que la chevelure de Brona, et l’autre aussi marron tout comme Faolan. Ils s’appelleraient respectivement Ginger et Hazel. Les bambins ne pouvaient pas s’en douter mais ce n’était pas pour rien que la vieille avait ramené deux animaux au sein de la maisonnée. Elle espérait que la proximité avec les animaux déclenche un semblant de pouvoir chez les enfants, ce qui lui permettrait d’en déterminer la nature. Cela marcha sur Faolan.
Un après midi, alors qu’il jouait dans la forêt accompagné de son fidèle Hazel, le jeune garçon alors âgé de 6 ans tomba ventre à terre. Il n’avait pas grand-chose, simplement le pantalon troué et le genou écorché. Il resta assis un instant, histoire que la douleur se calme et pour admirer sa blessure de guerre. Il en avait vu d’autres. Bien pire d’ailleurs. Hazel s’approcha alors et donna un coup de langue sur la blessure, puis deux, puis trois. Malgré la douce intention du compagnon canin, cela ne faisait pas vraiment du bien. « Arrête Hazel ». Si tôt dit sitôt fais. Le chien s’était même stopper net, la langue à quelques millimètres du genou, paré pour le quatrième (coups de langue, pour ceux qui ne suivent pas). C’était plutôt bizarre, ce n’était pas le genre de chien à obéir comme ça, il n’avait pas vraiment reçu de dressage particulier. Du coup pour tester l’animal, Faolan lui ordonna de s’asseoir. Une fois de plus l’ordre fut exécuté sur le champ. Un sourire illumina le visage de l’enfant, qui, oubliant la douleur couru vers Baile. « Allez, viens Hazel ».

Toujours souriant, il alla donner une petite démonstration à sa cousine, histoire de la rendre jalouse. Celle-ci n’en revenait pas, il faut dire que c’était plutôt impressionnant. Soudain elle remarqua quelque chose d’étrange. Il avait un œil, ou plutôt un iris rouge… Reculant d’un pas elle courut chercher la matriarche à la rescousse. Celle-ci arriva en toute hâte. Elle prit le visage inquiet de l’enfant dans ses mains, vérifiant les dire de la rousse.

Ferme les yeux Faolan, et libère-le !

- Quoi ?!

-Libère le chien !

- Comment ?!

- Calme toi, respire à fond relâche la pression. Bien. C’est ça, détend-toi. Ouvre les yeux maintenant.

- Ça marche pas Carman !

Le garçon commençait à paniquer et le chien, comme pour le protéger se mit à grogner et à montrer les crocs

- Referme les yeux !

Soudain, le garçon sentit une violente douleur lui arriver sur la joue et Brona émit un petit cri. Il rouvrit les yeux. La vieille venait de lui coller une gifle et apparemment, cela avait fonctionné car l’iris était revenu à son état normal. Le chien lui aussi était revenu à son état normal, non seulement il avait cessé de grogner, mais en plus il paraissait désormais agir de son propre chef. Cependant les enfants étaient toujours inquiets, ne comprenant pas très bien la situation. Tout était allé si vite… Leur grand-mère les rassura, leur expliquant que Faolan venait d’expérimenter son premier acte de magie et que plus tard il serait à même de contrôler ce genre de chose. Elle lui demanda ensuite de raconter l’histoire en détail, du début à la fin. Pour finir elle lui prépara un bon repas et le somma d’aller dormir, ce qui tombait bien dans la mesure où il commençait à se sentir fatigué, et ce malgré l’heure peu tardive.

Le lendemain un bruit à sa porte le fit se réveillé en sursaut. C’était Hazel qui grattait pour qu’on lui ouvre. Le teint pâle Faolan essaya bien de se lever, mais c’était compliqué, voir impossible. Le chien ne voulait pas s’arrêter. Et quand il entendit Carman essayer de l’éloigner, le chien se mit à aboyer et à grogner. Quelques minutes les grognements n’avaient pas cessés et ils ne s’arrêtèrent que lorsque le garçon entendit de nouveau le pas trainant de sa grand-mère, suivit d’un gémissement du chien, puis plus rien. La fatigue le repris aussitôt et il se rendormit. Le lendemain matin il n’entendit pas de grattement, seule Carman vint le voir pour lui apporter son repas et voir comment il se remettait. Elle l’informa qu’elle et sa cousine étaient en train de faire des expériences pour déterminer quel est son pouvoir à elle. Faolan, bien qu’encore faiblard alla les rejoindre après une sieste, lorsqu’enfin elles avaient trouvé. Il trouva le pouvoir se cousine un peu dégoutant en fait. Après avoir bu le sang d’un animal, elle pouvait le manipuler. Ce n’était pas vraiment comme le sien. Déjà parce que c’est elle qui buvait le sang, et ensuite parce qu’elle ne pouvait pas vraiment donner d’ordres, c’était plus comme-ci elle pouvait faire ressentir des sentiments à sa victime. Évidemment elle s’était exercé sur son chien, Carman ne lui avait pas vraiment laissé le choix. Elle arrivait tantôt à lui faire ressentir de la peur, tantôt à faire en sorte que le chien lui éprouve de l’admiration, ou bien soit d’humeur joueuse. C’était plutôt cool comme pouvoir. Non seulement elle était capable de le faire durée plus longtemps, mais le contrecoup était également moins énorme (toujours de l’anémie, mais moins assomante). Sans parler qu’elle, elle avait encore son chien… La mort d’Hazel pesa lourdement sur sa conscience et le fit longuement réfléchir sur son pouvoir, son danger, sur comment Carman avait été obligée de l’égorger avant qu’il ne lui saute au cou…

Une semaine plus tard, lorsque les deux enfants furent complètement remis physiquement, Carman leur expliqua les principes de la magie, comment cela marchait. Elle raconta l’histoire de la famille Ò Morrigan, et comment honorer la magie qui leur est offerte, les traditions et préceptes. Elle tint également à les informer sur ce qu’ils allaient faire tous les trois pendants ces prochaines années, jusqu’à ce qu’ils soient prêt. C’est à ce moment que les enfants comprirent qu’ils ne reverraient pas leurs parents avant sans doute plus de 10 ans.

Durant leurs entraînements, Brona se montra beaucoup plus motivée et douée que son jeune cousin, plus réticent à utiliser la magie. La mort de son chien l’avait en quelques sortes traumatisé et il n’arrivait pas à se faire à l’idée qu’à chaque fois qu’il utiliserait son pouvoir, quelque chose ou quelqu’un devrait mourir (ce n’est pas le cas, il le découvrira plus tard). L’enseignement ne visait bien sûr pas uniquement la maîtrise du don personnel, les enfants apprirent tout ce que le Grimoire familiale contenait, mais aussi à devenir des êtres plus civilisés que leurs parents. Depuis plusieurs générations, la famille Ò Morrigan a la réputation d’être décadente dans le monde magique. Ça a toujours été le cas en fait, à cause de la "malédiction", mais là, le fait que deux sorciers soient né en si peu de temps donnait espoir que la lignée puisse redorer son blason terni depuis si longtemps. Ils savaient bien évidemment lire et écrire, mais également les bonnes manières et parlaient un peu de français, et pour ne rien oublier de leurs enseignements ils prenaient des notes. Ainsi ils se créeraient leurs propres "grimoires", qu’ils garderaient plus tard, notant leurs découvertes et expériences afin d’enrichir le grand Grimoire familiale et servir les générations futures.

Au fil des années, en grandissant, les réticences qu’éprouvait Faolan envers la magie s’estompèrent peu à peu, tant à la fois au niveau des rites que de son propre don. Carman veillait à ce qu’ils apprennent et comprennent parfaitement les règles familiales à respecter et à ne pas enfreindre avec la magie. La pureté du sang avant tout. La complète signification de la devise était encore un peu floue pour lui mais nul doute qu’il en connaîtrait les limites un jour.

A force d’entraînement, il avait réussi à mieux contrôler son pouvoir et à anticiper un peu mieux la période d’anémie. Sans oublier qu’il s’était rendu compte qu’il ne pouvait l’utiliser sur une même cible que trois fois et que s’en suivait une mort inévitable. Brona, elle ne semblait reculer devant rien pour progresser, elle travaillait dur pour réussir ce qu’elle entreprenait et, il faut l’avouer, était plutôt doué. Face à elle, le jeune adolescent avait un véritable TGV de retard, c’est elle d’ailleurs qui lui donna ce surnom, Bad-B. En fait c’est un jeu de mot. Selon la légende, Badb était le familier de Morrigan, bad signifiant mauvais en anglais… Bref vous voyez… (Riez maintenant !)

Alors qu’ils avaient dans la quinzaine, Carman décida d’aborder plus en profondeur le sujet du monde extérieur, notamment les dangers. Les traqueurs, vampires, etc. Pour les premiers, ce ne sont pour la plupart que des humains, des humains bien armés certes, mais des humains. Ils sont donc vulnérables aux pouvoirs et aux rites. Cependant ils n’en restent pas moins dangereux et il vaut mieux éviter d’être pisté par l’un d’eux, car ils n’abandonnent jamais. Contre eux, la meilleure solution reste la discrétion, rester dans l’ombre et ne pas faire parler de soit. En revanche les vampires… On raconte qu’aucun membre de la famille n’a jamais pu tuer un vampire, hormis Morrigan elle-même. Elle aurait séduit puis couper froidement la tête d’un Ancien. Enfin elle aurait bu un calice de son sang. C’est ce qui lui aurait conféré sa légendaire puissance et aurait lancé la malédiction sur le reste de la famille. De plus, la magie du sang ne fonctionne pas sur ces créatures, au contraire, cela les attire et les fascine. Mieux vaut ne pas s’approcher des vampires, ils sont trop assoiffés et aiment trop le sang Ò Morrigan.

Enfin vint le jour où Carman leur annonça que dès le lendemain leur formation serait complète et qu’ils seraient libre. Cette nuit là, Faolan s’en souviendrait, il ne pourrait jamais l’oublier. Il avait 17 ans. C’était une nuit de pleine lune, il voyait l’astre depuis sa chambre, et en allant se coucher le garçon devenu jeune homme s’imaginait tout ce qu’il pourrait accomplir dans le monde "libre", enfin il pourrait quitter ce lieu dans lequel lui et sa cousine avaient été enfermés pendant plus d’une décennie. Cela faisait pas loin d’une demi-heure qu’il était partit se coucher, et il ne trouvait pas le sommeil, trop de questions le tourmentaient. Finalement, c’était comment dehors ? Il n’en savait pas grand-chose. Pendant qu’il essayait de répondre à ces interrogations par l’imagination (il n’avait que ça pour se rassurer), il entendit des voix dans la chambre à côté de la sienne. Carman était en train de discuter avec Brona. Allait-elle aussi venir dans sa chambre après, pour le rassurer, lui dire que tout allait bien se passer ? Ce n’était pas vraiment son genre, mais bon… Finalement les voix se turent et quelques minutes plus tard il entendit quelqu’un frapper à sa porte. La surprise fut que c’était Brona, pas Carman. Elle n’était vêtue que d’une longue chemise de nuit et tenait dans la main une bougie. Ce n’était bien sûr pas la première fois qu’il la voyait dans cette tenue, mais quelque chose dans son regard était différent de d’habitude. Et d’ailleurs, pourquoi venait-elle si tard le voir dans sa chambre ? Avait-elle quelque chose d’important à lui dire ? Elle ferma la porte derrière elle.

- Qu’est ce que tu veux ? lui demanda-t-il.

Elle parut surprise de la question.

- Comment ça qu’est ce que je veux ? Tu n’as pas entendu grand-mère cette après-midi ? Ce soir sera votre dernier dû à la famille. C’est ce soir. Notre dernier cadeau dédié à la famille. Ensuite nous serons libres.

- Cadeau ?!

Il réfléchit un moment avant de comprendre. Il n’avait pas envisagé la phrase dans ce sens, mais par dû, Carman voulait dire cadeau, pas devoir. Dieu qu’il avait été naïf et bête. Et voilà qu’il se retrouvait au pied du mur. La pureté du sang avant tout. Voilà, ça y est, il était en train de comprendre ce qu’il n’avait pas encore compris. Brona posa le cierge sur la commode et retira sa chemisette. On attendait d’eux un sang pur. Oh il savait parfaitement ce que pensait la vieille de ça. Deux sorciers donneront à coup sûr un autre sorcier et la famille serait enfin libéré de cette foutue malédiction. Et l’autre qui obéissait au doigt et à l’œil, comme une chienne. Malgré ses dix-sept ans d’abstinence, il ne pouvait pas être attiré par elle, elle qui était comme sa sœur. C’est seulement maintenant qu’il se rendait compte à tel point ils étaient différents. Voyant son malaise, la jeune fille lui proposa :

- Tu veux que j’utilise mon pouvoir sur toi ? Ça simplifiera les choses, non ?

Elle était devenue un monstre, et il ne l’avait même pas vu, c’était pourtant sous ses yeux pendant tout ce temps. Peut-être n’avait-il simplement pas voulu voir ? Sans doute…Il déglutit avant de répondre hésitant, par la positive. Avait-il un autre choix ? Elle regarda autour d’elle et aperçu sur la commode du fil et une aiguille. Elle prit l’objet pointu et s’approcha du lit où était assis le garçon. Piteux et confus il la laissa donner un coup de langue sur les quelques gouttes de sang qui coulaient sur le sommet du doigt. Il baissa la tête, dépité. C’est alors qu’elle prit son visage dans ses mains et le fit la regarder dans les yeux. Ce fut soudain, imprévu et violent. Sans réfléchir, sans doute par un instinct de protection, il activa son pouvoir et ordonna à la jeune fille nue devant lui de prendre le fil qui se trouvait la commode. Ainsi, avec l’aiguille qu’elle tenait encore dans la main, il s’assura qu’elle n’enfantera jamais. Tout le long elle ne cessa de le fixer avec un regard effrayé. (Je vous passe les détails gores).

Ce n’est que quand elle eut finit ce qui lui fut ordonné et qu’elle défaillit sous la douleur qu’il se rendit compte de ce qu’il venait de faire. Il se leva. Tout était allé très vite. Brona gisait par terre, les yeux clos, les mains ensanglantées. Il entendit alors du bruit venant de la maison. Carman venait. Sans plus attendre il attrapa son carnet de note et s’enfuit pas la fenêtre. Il était en pyjama, mais qu’importe, il courut aussi vite qu’il le put. Il courut toute la nuit, sachant ce qu’il l’attendrait dès qu’il s’arrêterait. Quand enfin il sortit de la grande forêt qui protégeait Baile, son corps lâcha et il tomba à terre. Il ne sut combien de temps il était resté inconscient, mais il fut forcé de constater qu’il se réveillait dans un lit. Il paniqua, ouvrit les yeux, se rendit compte que non, il n’était pas à Baile, et se rendormit avant d’avoir put apercevoir quiconque.

Ce n’est qu’à son prochain réveil que Faolan rencontra l’homme qui l’avait trouvé et ramené chez lui. C’était un vieux fermier qui vivait dans un village proche de la forêt. Il avait beau être vieux, il avait la forme. Il était grand et costaud. Il vivait seul car sa femme était morte quelques années plus tôt. Il l’hébergea le temps que le jeune homme se rétablisse. Aux peu de questions qu’il posa, Faolan répondit de manière évasive. Il ne voulait pas laisser de trace derrière lui, sachant déjà qu’il ne pourrait pas rester dans le pays. Le moins le vieux en savait, le mieux ils se porteraient tous les deux. Quelques semaines, une fois remit, il partit. Ne pouvant rien offrir d’autre au vieux que des remerciements, il remercia de tout son cœur et s’enfuit avec son précieux carnet prendre le prochain dirigeable en partance pour Londres.

A partir de là il parait évident que sa vie changea du tout au tout. Ce fut la période la plus difficile de sa vie. L’instinct poussé à la survie vous défigure l’intérieur. Petit à petit il réussi à avoir un semblant de vie, il réussit à vendre quelques services. De la fausse magie qui rassurait les bonnes gens. Plus le temps passait, plus sa clientèle avait d’argent et c’est ainsi qu’il devint l’escroc qu’il est aujourd’hui. Il a réussi à se trouver un semblant d’appartement, son QG en quelque sorte. Un lieu secret où il ne va qu’en cas d’extrême recours et pour les rituels. Il opère sous divers nom pour éviter d’être retrouvé. Il n’a jamais encore donné son vrai nom à quiconque à Londres. Parfois dans les rues sombres de Londres il aperçoit au loin une longue chevelure rousse et se cache. Il redoute que Brona ne vienne se venger.

Ta famille.

Pouvoir personnel

Le pouvoir de Faolan est directement lié à son sang. Il peut grâce à quelques gouttes de son sang contrôler un animal (oui, l’homme aussi est un animal). Explication. En donnant à boire de son sang à un animal, Faolan peut le contrôler durant une période plus ou moins longue, allant de quelques secondes à plusieurs heures selon la taille de la bestiole et la forme (physique et mentale) du sorcier. Évidemment, plus l’animal est gros, plus le volume de liquide rouge requis est important. Le magicien peut d’ailleurs à tout moment couper le lien de contrôle, ce qui est utile car plus la durée de contrôle est longue et plus les répercutions seront conséquentes. Mais quelles sont-elles ? A trop utiliser ses pouvoirs, le jeune homme risque un congé maladie allant de quelques heures à plusieurs semaines (maximum un mois). Trop cool, n’est ce pas ? Oui, mais avec le congé vient évidemment la "maladie" qui n’en est pas vraiment une, mais se traduit "simplement" par une lourde anémie. Ce n’est pas tout malheureusement. En fait, le principal problème vient du fait que goûter au sang de Faolan devient addictif. Les personnes useront tous ce qui est en leurs pouvoirs pour y regoûté (au moins pendant quelques jours, ensuite l’envie s’efface peu à peu). Un autre problème lié à cela c’est que le pouvoir ne peut être utilisé que trois fois sur une même personne, après la troisième fois la victime meurt. Et autant dire que plus une personne boit du sang, plus elle en redemande, et donc chaque nouvelle prise de contrôle et plus épuisante que la précédente.
Concernant ceux que l’on appelle communément les buveurs de sang (les vampires), ceux-ci sont insensibles au pouvoir du sorcier. Cependant, ils ne sont pas insensibles au goût et à l’odeur du liquide chaud et rouge qui coule dans ses veines. En effet pour eux ce sang magique est attrayant, et une fois goûté, ils ne peuvent plus s’arrêter (sauf peut-être les Anciens, s’ils le voulaient). Il parait donc évident que l’irlandais à tendance à éviter leurs compagnie au risque d’y laisser sa peau.

Sa famille:
Nom du clan: Ò Morrigan
Devise : La pureté du sang avant tout.
Blason:
Spoiler:
 
Origine:
Spoiler:
 
Règle :
Spoiler:
 

Et toi?

D'où tu viens?: Un top-site, mais je ne sais plus lequel
Ton pseudo: Zephander
Tu es un DC? Nope
Le mot de la fin? : Je préviens, ça fait un bon bout de temps que j'ai pas RP... Smile


©️ Code de Anéa pour N-U


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Faolan Ò Morrigan

Messages : 2
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Faolan Ò Morrigan Jeu 3 Avr - 21:13

Bienvenue sur le forum Faolàn!

Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Morgan Montgomery

Messages : 278
Date d'inscription : 05/11/2013

Carnet
Age: 44 ans
Disponibilité RP: 02/05
Informations importantes:

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
MessageSujet: Re: Faolan Ò Morrigan Ven 4 Avr - 6:44

Bienvenue parmi nous Faolan. Magie des morts, ça m’intéresse. Si tu veux un lien, n'hésite pas à me contacter. Wink

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archess Gwylls

Messages : 142
Date d'inscription : 21/01/2014

Carnet
Age: 24 ans
Disponibilité RP: Disponible
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Faolan Ò Morrigan Ven 4 Avr - 8:36

Bienvenue parmi nous très séduisant sorcier ^^
Amuses toi bien ici!

Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Anne Elisabeth Darwin

Messages : 103
Date d'inscription : 22/02/2014

Carnet
Age: 21 ans
Disponibilité RP: 2/2 (free)
Informations importantes:

MessageSujet: Re: Faolan Ò Morrigan Lun 7 Avr - 1:35

Merci pour l'accueil ! ^^
J'ai posté les descriptions et le pouvoir, la suite arrive bientôt ! (demain j'espère, sinon dans les jours à venir, j'ai une vie remplie xD !)
Je te recontacterai quand j'aurai terminé Edna Smile
Navré Archess, mais après réflexion, je pense que le pouvoir de Faolan est plus pertinent dans la catégorie nature, mais si tu veux toujours un lien, on peut s'arranger Wink

Voir le profil de l'utilisateur


Faolan Ò Morrigan

avatar
Faolan Ò Morrigan

Messages : 2
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: Faolan Ò Morrigan Lun 7 Avr - 5:14

Pas de problème Faolan, mais le lien risque d'être négatif pour le coup. Archess n'apprécie pas les sorciers, car l'un d'eux a assassiné sa mère. Elle convoitait surtout ton pouvoir. ^^

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archess Gwylls

Messages : 142
Date d'inscription : 21/01/2014

Carnet
Age: 24 ans
Disponibilité RP: Disponible
Informations importantes:

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
MessageSujet: Re: Faolan Ò Morrigan



Contenu sponsorisé


 

Faolan Ò Morrigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (MORRIGAN) DON'T MESS WITH ME !
» L'histoire de Faolan
» [Entrainement VS Morrigan] Un combat torride
» Morrigan E. Rosier - F - 25 ans - Mangemort - Secrétaire de Direction du Département des Transports Magiques
» Le Garde du Boscret.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carmilla :: Les personnages :: Fiches en attentes :: Fiches sorciers-